La médiation animale aux « Rendez-vous de la Santé »

Quimperlé Communauté organise son 16e Rendez-vous de la Santé, sur la thématique de la médiation animale, jeudi 2 décembre 2021 à 20h dans les locaux de Quimperlé Communauté, 1 rue Andreï Sakharov à Quimperlé.

Cette rencontre sera l’occasion d’échanger avec Sophie Bordelet, zoothérapeute en Pays de Quimperlé et Stéphanie Michenaud, Doctorante en éthologie LECD (Laboratoire Ethologie Comportement Développement) – Université Paris Nanterre, dont l’interview est à retrouver à la suite de cette présentation.

L’événement accueillant du public*, le pass sanitaire devra être présenté. 

La médiation animale, c’est quoi ?

L’animal constitue un véritable médiateur, qui favorise les liens sociaux, rassure et peut même avoir des effets thérapeutiques avérés. Si sa place dans nos sociétés reste incontournable, l’animal ne peut toutefois pas être réduit à un simple objet ; c’est en partant de sa nature profonde, de ses besoins et de son caractère que son interaction avec l’être humain devient bénéfique. Cette soirée sera l’occasion de découvrir les particularités de la relation homme-animal et notamment la place des animaux dans la vie des personnes exclues ou en situation de vulnérabilité. En partant d’une expérience locale, vous comprendrez également comment les activités de médiation par l’animal peuvent avoir un impact favorable sur votre cadre de vie.

*Jauge : 100 personnes maximum

Interview

Entretien avec Stéphanie Michenaud, Doctorante en éthologie LECD (Laboratoire Ethologie Comportement Développement) – Université Paris Nanterre.

La Fondation Sommer qui occupe un rôle essentiel et structurant dans le domaine de la médiation animale en France, propose la définition suivante : « c’est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme-animal ».
Les interventions de médiation animale peuvent viser des objectifs : éducatifs, préventifs et thérapeutiques. Ces activités se déroulent avec des animaux familiers, domestiques et captifs (comme les dauphins).
Si nous nous penchons de plus près sur cette définition, nous pouvons relever la notion d’intention. Elle implique que derrière chaque projet, chaque programme ou choix de participants humains et animaux, il y a une nécessité de délimiter les contours de l’intervention, mais aussi une méthodologie.

Si la médiation animale peut être mise en place en milieu médical, sa reconnaissance est associée aux observations et aux recueils de données des soignants, aux témoignages des participants et des professionnels de la médiation. En terme de validation scientifique, la question des critères objectifs se pose fréquemment. A ma connaissance, des séances de médiation animale sont prescrites en milieu médical, comme par exemple pour des accompagnements psychologiques menés par des psychologues en hôpital pour enfants. Egalement la Haute Autorité à la Santé reconnaît la thérapie assistée des animaux en tant qu’interventions non médicamenteuses, aux mêmes titres que la musicothérapie, l’aromathérapie, les massages…

Aujourd’hui, je ne travaille plus en médiation animale, ni dans le domaine du chien de famille. Je suis doctorante en éthologie au LECD (Laboratorie Ethologie Comportement Développement) de l’Université Paris Nanterre et en psychologie sociale, à l’Université de Picardie. J’étudie les interactions hommes-chiens lors des recherches olfactives dans le domaine du chien de travail. La médiation animale n’est pas toujours très loin…
Aujourd’hui, je m’intéresse donc plus particulièrement aux relations dans le travail entre les hommes et les chiens, ainsi qu’à la contagion émotionnelle. Ces questions restent proches de la médiation animale, car la circulation des émotions entre l’intervenant ou le participant et les animaux représentent un des aspects enrichissants de cette rencontre entre deux espèces.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×