Faire flèche de tout bois

Approuvé en février 2020 en conseil communautaire, le Plan Climat de Quimperlé Communauté ambitionne de poursuivre et amplifier le développement des énergies renouvelables. Présenté par Sébastien Miossec, président de Quimperlé Communauté, à la Maison de l’Économie, mardi 4 mai, le Contrat d’Objectif Territorial du fonds chaleur s’inscrit dans cette démarche. Retour sur ce dispositif essentiel à la transition énergétique.

Le Contrat d’Objectif Territorial (COT) du fonds chaleur est un dispositif de l’Agence de la transition écologique (ADEME) pour financer l’animation technique du développement de la chaleur renouvelable à l’échelle du territoire. « Il s’agit d’une réelle opportunité pour poursuivre et accélérer le développement des énergies renouvelables telles que le bois énergie, la géothermie, le solaire thermique (…). » souligne le Président de Quimperlé Communauté, Sébastien Miossec, sur les différentes solutions à déployer sur le territoire, notamment par le biais d’un accompagnement aux entreprises.

 Pour mettre en place ce COT fonds chaleur, Quimperlé Communauté pourra s’appuyer sur l’expérience de Lorient Agglomération (forte du 1er succès d’un COT en France). Depuis 2020, les deux communautés d’agglomération ont en effet décidé de travailler ensemble pour mettre en œuvre un contrat d’objectif commun sur 3 ans, tant pour poursuivre les synergies entre les territoires que pour renforcer leurs moyens d’action.
Les deux collectivités en ont confié la mise en œuvre à la Société Publique Locale Bois Énergie Renouvelable (SPL BER) accompagnée de l’Agence Locale de l’Énergie et du Climat de Bretagne Sud (ALOEN).
En lien avec la stratégie de développement économique dans laquelle l’enjeu est clairement affiché, ce contrat va également permettre de mobiliser et d’accompagner les maîtres d’ouvrage privés et les entreprises dans la transition énergétique. Tous les secteurs d’activités sont éligibles : agroalimentaire, industrie, agriculture, tertiaire, santé, artisans, commerçants…

Intégralement financée, une étude d’opportunité est proposée aux maîtres d’ouvrage privés afin de mesurer la pertinence de l’utilisation des énergies renouvelables thermiques pour leurs bâtiments et équipements :chaudière bois, panneaux solaires, récupérateur de chaleur et pompe à chaleur géothermique… Cette étude est un outil d’aide à la décision qui repose sur un état des lieux des systèmes de production de chaleur, un bilan des consommations énergétiques et une analyse technique et financière de la proposition de substitution.

Si le maître d’ouvrage décide d’investir, il aura accès aux financements nationaux du Fonds chaleur de l’ADEME gérés localement par la SPL. Ces aides peuvent atteindre 65 % du montant total de l’investissement.

Les entreprises des deux territoires pourront en plus bénéficier d’un accompagnement d’ALOEN pour la réalisation d’un audit énergétique, grâce au dispositif « Performance Énergétique des Entreprises et des Commerces » (PEEC). Cet outil est complémentaire au Fonds Chaleur et permet aux entreprises de diminuer efficacement leurs factures énergétiques.

 Débuté il y a plus de 15 ans, l’engagement des collectivités dans le développement de la chaleur renouvelable s’est déjà traduit par plusieurs initiatives :
  • Quimperlé Communauté a ainsi fait le choix, dès 2005 et 2009, d’équiper ses deux piscines communautaires de chaufferies bois.
  • Elle s’est ensuite engagée avec Concarneau Cornouaille Agglomération en 2010 dans la constitution d’une filière bois énergie locale avec les fournisseurs et acteurs locaux (SCIC Energies Bois Sud Cornouaille) et a mis en place en 2011 un fonds de concours permettant le financement des projets communaux de bois énergie notamment. Près de 500 000 € ont ainsi été attribués pour le développement de réseaux de chaleur et chaufferies bois sur le territoire.
  • En 2018, Quimperlé Communauté s’est associée à la dynamique portée par Lorient et Lorient Agglomération en devenant actionnaire de la Société Publique Locale (SPL) Bois Énergie renouvelable avec 4 autres communes de son territoire. D’autres sont aujourd’hui intéressées pour l’intégrer.
  • Toujours en 2018, elle a également recruté 2 conseillers énergie pour accompagner les collectivités dans la maîtrise de leurs consommations énergétiques et a poursuivi le financement de la SCIC pour le développement de projets bois énergie.
  • Aujourd’hui, le territoire compte 9 chaufferies bois (granulés ou plaquettes) et 5 réseaux de chaleur répartis sur 11 communes. D’autres projets sont en cours et devraient permettre d’atteindre une puissance installée de 3 GW.

Quimperlé Communauté soutient le développement de projets de chaufferies bois en parallèle d’un approvisionnement local garant d’une gestion respectueuse de la ressource.
Le bois fourni pour alimenter les chaufferies provient en grande partie de l’entretien du bocage du territoire. Il s’agit là d’une cohérence pour la transition écologique et énergétique (Quimperlé Communauté porte un programme Breizh Bocage de reconstruction du bocage depuis 2010 ; ce bocage a besoin d’être entretenu… ; un des débouchés peut être le bois énergie ; le patrimoine public équipé de chaufferies bois contribue ainsi à la diminution des GES et à un enjeu environnemental, …).
Les acteurs de la filière bois énergie locale, structurés en SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) depuis 2013, ont toujours porté une attention particulière à la préservation de la ressource.
La SCIC Énergies Bois Sud Cornouaille, acteur historique de l’accompagnement des projets bois énergie par l’information et la sensibilisation des maîtres d’ouvrage, se recentre à présent sur la partie approvisionnement et l’accompagnement des fournisseurs agricoles.

Elle va ainsi porter durant 2 ans le déploiement du label haie garant d’une gestion respectueuse du bocage avec le soutien de Quimperlé Communauté.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×