Quimperlé Communauté : entre terre et mer, un territoire solidaire

Vous êtes dans : Accueil > Toute l'actualité > Actu environnement > A Mellac, on partage les potagers

A Mellac, on partage les potagers

A l'occasion de la remise des prix du concours des "villes et jardins fleuris", les élus du pays de Quimperlé ont pu visiter les jardins partagés de Feunteun Don, à Mellac. Une réussite à tous points de vue, que nous souhaitions vous faire partager.

A quelques pas du centre de Mellac, le long d’un chemin de promenade, derrière les lotissements, soudain… un potager géant ! Plus de 3000 mètres carrés bien ordonnés. Ou plutôt, 36 parcelles potagères, réunies en un tout cohérent. Pas les jardins de Versailles, mais un tableau coloré, riche en détails, agréable au regard. Nous sommes aux jardins familiaux de Feunten Don.

Première tentative il y a 35 ans

Le projet est né il y a quatre ans, sous l’impulsion d’une poignée de Mellacois, jardiniers passionnés. « On avait été à Hennebont et à Concarneau visiter des jardins partagés pour trouver l’inspiration », explique Gilbert Lancien, membre de l’association gestionnaire du lieu. « Dès la première année, ça a pris. Aujourd’hui, il n’y a plus que deux ou trois parcelles de libres », raconte-t-il. Un succès étonnant quand on sait qu’il y a 35 ans, la même idée, initiée par la mairie, n’avait pas trouvé d’écho. Il est vrai que les temps ont changé : le rétrécissement de la superficie des jardins explique que certains habitants soient dans la nécessité de « délocaliser » leur potager.

La commune a naturellement facilité le projet, en particulier pour la mise à disposition du terrain, propriété du syndicat des eaux de Mellac, Baye et du Trévoux. Un captage d’eau se trouve en contrebas du champ, si bien que de sévères contraintes environnementales s’imposent aux jardiniers : la charte des jardiniers interdit ainsi l’emploi de produits phytosanitaires. « Du fait de cet emplacement géographique, on a dû faire valider le projet par la Préfecture », explique Bernard Pelleter, maire de Mellac. L’association continue de sensibiliser ses membres aux pratiques de maraîchage non polluant.

Un lieu de convivialité

Autre appui important : les techniciens de la commune se chargent de remplir les réservoirs de 4000 litres, posés près de la cabane à outils, avec de l’eau de pluie récupérée. Au final, les adhérents n’ont plus qu’à débourser deux euros par mois pour payer les charges (l’assurance responsabilité civile), et l’équipement commun: la tondeuse et la broyeuse.

Au-delà de l’aspect alimentaire, ce potager est un merveilleux endroit de rencontres, où il fait bon flâner sur les bancs aux beaux jours. Mais aussi un lieu d’échange de savoir-faire potagers. « Je manquais de place dans mon jardin pour cultiver de nouvelles variétés, explique Jean-Luc Le Gall, jardinier émérite. Mais ici, le plus, c’est qu’on travaille en groupe, on discute, on échange des savoirs ».

Même l’école de Mellac a sa parcelle. Quant aux quelques parcelles non attribuées, elles ont été cultivées par l’association au bénéfice des Restaurants du coeur, en lien avec le centre communal d'action sociale.

>>> Visionnez les photos du jardin sur facebook

Concours "Villes et maisons fleuries"

Les résultats du concours intercommunal "villes et maisons fleuries" sont

 

 

Partager cette page sur facebook twitter newsvine netvibes myspace delicious digg yahoo google technorati viadeo live wikio

eZ publish © Inovagora